Cela fait maintenant un peu plus d’un an que le marché immobilier francilien se redresse après 4 années de baisse continue. Aujourd’hui, c’est au tour des prix d’augmenter légèrement, boostant l’optimisme des professionnels malgré les disparités qui existent encore d’un secteur à l’autre.

 

francilien

Immobilier en Ile-de-France : une reprise des prix encore timide, mais évidente du marché

 

Selon les prévisions et les indicateurs tirés des avant-contrats, l’augmentation du prix des appartements franciliens devait atteindre +1,4 % en septembre. Soit un prix moyen au mètre carré de 5.380 €. En revanche, les maisons individuelles devaient moins profiter de ce renouveau avec un prix moyen de 293.800 €. Fin mai, elles s’échangeaient déjà à 287.500 € avec de grandes disparités selon leur localisation : 265.700 € en grande couronne contre 339.500 € en petite couronne.

Cette différence entre la petite et la grande couronne existe également au niveau des appartements. En effet, toujours fin mai, alors que le prix moyen de ceux-ci atteignait 5.280 €/m², les professionnels notaient une différence de 1.380 €/m² soit 4.250 €/m² pour la petite couronne contre 2.870 €/m² en grande couronne.

Sur un an l’augmentation des prix atteint +0,9 % sur le marché de l’ancien (+0,5 % pour les maisons et +1,1 % pour les appartements).

 

 

Les transactions toujours plus nombreuses en Île-de-France

 

Au printemps, la reprise sur le marché francilien a persisté avec tout de même un léger ralentissement. De mars à mai, ce sont 36.290 logements qui se sont échangés dépassant ainsi de 13% la moyenne relevée pour la même époque sur les 10 dernières années. Ce nombre de ventes reste toutefois en deçà de -0,3 % de celles enregistrées durant les meilleures années (de 1999 à 2007). À noter que le nombre supérieur de jours ouvrés en mai a certainement joué un rôle.

Au total les ventes ont augmenté de +13 % par rapport à la même période de 2015.

 

 

En région parisienne, les prix immobiliers affichent des disparités encore grandes suivant la localisation des biens

 

Mais cette reprise reste très contrastée en fonction de la localisation du bien. Qu’il s’agisse de la petite et de la grande couronne, mais également entre communes elles-mêmes.

Ainsi, en petite couronne, les appartements ont vu leur prix moyen diminuer de -2 % pour atteindre 4.230 €/m². Mais avec une amplitude allant de 2.500 à plus de 10.000 €/m². En effet, les disparités sont grandes entre communes. Dans l’ouest, Courbevoie a ainsi vu ses prix diminuer de -3,1 % alors qu’à Asnières-sur-Seine ils ont augmenté de +0,8 %. Dans le nord, à Saint-Denis et Aubervilliers les prix ont baissé de -9 % alors qu’ils ont gagné +5,2 % à Pantin. Dans l’est, la plus forte hausse s’est observée à Villejuif avec +8,3 % (Montreuil -3,5 %, Vincennes -2,2 %). Seules les maisons voient leur prix s’envoler dans toute la petite couronne.

En grande couronne, malgré une bonne reprise des ventes (+18 % pour les appartements anciens et +19 % pour les maisons), les prix des appartements ont chuté de -2,4 %. Cette baisse est principalement causée par le cours des prix dans les Yvelines (-3,8 %) malgré leur bonne santé dans le Val d’Oise (+8,1 % à Cormeilles-en-Parisis ou +13 % à Saint-Gratien). Le prix moyen reste en revanche plutôt stable dans l’Essonne malgré là aussi de grandes différences entre villes. Et tout comme en petite couronne, seules les maisons tirent leur épingle du jeu avec +14,8 % à Yerres ou +11,8 % à Conflans-Sainte-Honorine par exemple.

 

Grand Paris : des conséquences attendues sur le marché francilien

 

Pour l’avenir, les professionnels tablent sur l’arrivée du grand Paris et en particulier sur les travaux à venir pour booster les prix du foncier en Ile-de-France. Les lignes de RER et de métro supplémentaires renforceront en effet l’attractivité du territoire. De plus, la baisse des charges de copropriétés relevée dans le 5e observatoire de la FNAIM (-2,5 en moyenne sur toute l’Île-de-France) pourrait, elle aussi, avoir un effet positif sur les prix des biens.

Le marché de l’immobilier francilien est sorti de son attentisme